La patience des traces de Jeanne Benameur (Éditions Actes sud, 2022)

Débriefe

Nous sommes placé dans le monde de l’esprit, de l’analyse, de la personne qui écoute les autres ; sans jamais se plaindre, toujours à la fois présent et absent ; se situant à sa juste place ; celle qu’on lui donne ; le psychanalyste…

On s’interroge finalement sur l’impact que nous pouvons avoir ou pas sur la vie des autres nous aussi ; bon gré ou mal gré, selon notre volonté , notre fantaisie ou notre légèreté…

Nous laissons tous des traces en chacun de nous à travers nos expériences et rencontres. Également dans l’esprit et l’âme des autres, sans bien nous en rendre compte. Impatients et désinvoltes que nous sommes à vivre notre vie. Même seuls, nous sommes ensembles, tenus par toutes ces traces. De leur essence, laissée au fil de nos bavardages et silences.

Ce roman parle du psychanalyste, spectateur et auditeur de nos chemins de vie, qui oublie quelque peu la sienne et se laisse déformer par le métier… pour mieux se retrouver.

On peut jouer toute une vie sur quelque chose de brisé. Il en sait quelque chose.

La patience des traces de Jeanne Benameur
Thé

Pour la délivrance il faut toujours payer le prix.

La patience des traces de Jeanne Benameur

Résumé du livre

Psychanalyste, Simon a fait profession d’écouter les autres, au risque de faire taire sa propre histoire. A la faveur d’une brèche dans le quotidien – un bol cassé- vient le temps du rendez-vous avec lui-même. Il lui faudra quitter sa ville au bord de l’océan et l’île des émotions intenses de sa jeunesse, s’éloigner du trio tragiquement éclaté qui hante son ciel depuis si longtemps. Aussi laisser derrière lui les vies, les dérives intimes si patiemment écoutées dans le secret de son cabinet.

Ce sera un Japon inconnu – un autre rivage. Et sur les îles subtropicales de Yaeyama, avec les très sages et très vifs Monsieur et Madame Itô, la naissance d’une nouvelle géométrie amicale. Une confiance. A l’autre bout du monde et au-delà du langage, Simon en fait l’expérience sensible : la rencontre avec soi passe par la rencontre avec l’autre.

Jeanne Benameur accompagne un envol, observe le patient travail d’un être qui chemine vers sa liberté dans un livre de vie riche et stratifié : roman d’apprentissage, de fougue et de feu ; histoire d’amitié et d’amour foudroyés ; entrée dans la complexité du désir ; ode à la nage, à l’eau, aux silences et aux rencontres d’une rare justesse.

Le travail l’a toujours sauvé. Chaque jour, laisser derrière lui, comme une ombre familière, sa propre vie. Écouter. Avancer avec ceux qui lui faisaient cette confiance extraordinaire de venir à son cabinet, de parler ou de se taire. Mais avec lui.

La patience des traces de Jeanne Benameur

Mon avis

Note : 4 sur 5.

Je n’avais encore jamais lu de livre de cette auteure et à vrai dire, je suis parfois un peu frileuse à l’idée d’explorer le roman d’une écrivaine qui est aussi poétesse. J’ai peur des tirades en longueur et des images peu à propos donnant la permission à l’artiste de poser quelques vers. Ne vous trompez pas, j’aime la poésie, mais bien placée dans son contexte. On ne lit pas des vers comme on se laisse porter dans un roman.

Cependant, je ne peux que saluer cet ouvrage et le talent de la romancière. On sent la « plume » de la poétesse, certainement ; mais cette dernière nous sert le meilleur de sa vision de poète à travers une écriture pleine de douceur et avec beaucoup de parcimonie.

J’ai aimé cette tendresse dans l’écriture de l’auteure ; juste et simple.

Je vous recommande cette lecture pour sortir des sentiers battus, retrouver du Beau et de la simplicité et vous laisser porter.

Auteure à suivre !

(Lu le 09/02/2022)

Il cherche un livre, le remède éprouvé à tout. S’enfoncer dans la lecture. Oublier.

La patience des traces de Jeanne Benameur

Recevez de nouvelles idées lecture dans votre boîte de réception.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :